La simplicité du statut, et notamment celui d’auto-entrepreneur, a poussé de plus en plus de jeunes diplômés à se déclarer en indépendant (ou freelance pour la version anglophone). On trouve aujourd’hui des indépendants dans de nombreux domaines, aussi bien dans le web, dans la création artistique que dans l’informatique. Mais pour une entreprise, recruter un freelance est-il plus avantageux que recruter un salarié ?

Qu’est-ce qu’un freelance?

Une personne en freelance est un travailleur indépendant, à son compte, que l’on peut rémunérer pour une seule ou plusieurs missions. Un freelance est son propre patron : avec lui, pas d’intermédiaire, on travaille en direct. Contrairement à un salarié, il ne signe pas de contrat de travail avec l’entreprise (ou alors un devis), et la collaboration entre les deux parties ne dure que le temps d’un projet, en général, plusieurs jours voire semaines tout au plus. Question rémunération, le paiement se fait grâce à un système de factures, que le freelance adresse au client. Il peut alors choisir de facturer au taux horaire, au tarif journalier, ou bien encore en suivant un forfait par mission, selon ce qui s’adapte le mieux à la nature du projet.

Comment recruter un freelance?

Il existe aujourd’hui des plateformes web de mise en contact entre freelance et entreprises, notamment Malt, UpWork, 404Works … Vous pouvez également passer par des sites de réseautage professionnel, mais aussi vous servir des réseaux sociaux et des blogs spécialisés en utilisant les mots-clés qui correspondent au domaine et aux compétences que vous cherchez. Les expertises concernées sont diverses, et de plus en plus de secteurs s’ouvrent aux freelance : l’informatique (développeur, web designer), le web (consultant SEO, community manager), la rédaction (rédacteur, chef de projet éditorial), la création graphique et vidéo (photographe, directeur artistique), etc.

Recruter un freelance revient simplement à engager une relation client-fournisseur. Les indépendants sont généralement en Micro-entreprise.

Quels sont les avantages du freelancing pour votre entreprise?

Faire appel à un freelance présente plusieurs avantages pour une entreprise. Le premier étant la flexibilité : un indépendant sera souvent disponible sur des plages horaires relativement longues, dans la mesure où il travaille pour une mission définie et précise, avec une durée établie à l’avance (ou plusieurs missions dans le cas d’un client récurrent). De fait, un travailleur indépendant sera donc totalement dédié à la mission qui lui est demandée. Ceci nous amène au deuxième avantage, à savoir la rapidité. Dans la mesure où le travail fonctionne en one shot, la livraison des travaux demandés est rapide. Faire appel à un freelance vous permet également de bénéficier d’une expertise et de compétences dans un domaine précis, et ainsi garantir un travail de qualité. En effet, du fait de la forte compétitivité entre freelance, où il faut sans cesse se démarquer, les indépendants doivent faire preuve de professionnalisme afin de garder un bon contact avec leur client et mettent donc un point d’honneur à le satisfaire. Enfin, dernier point, un freelance de par son point de vue d’une personne extérieure à l’entreprise, peut vous apporter une vision différente sur votre projet. Ceci peut vous permettre de prendre du recul sur votre travail et d’apporter un regard neuf qui n’est pas négligeable pour booster la créativité et l’innovation dans votre entreprise.

Quelles sont les mauvaises raisons de recruter un freelance?

Bien souvent, on entend dire qu’un freelance coûtent cher, en comparaison à un salarié. En effet, de premier abord, faire appel à une personne qui fonctionne avec un tarif journalier qui avoisine généralement plusieurs centaines d’euros peut effrayer et sembler excessif pour un budget, surtout pour une petite entreprise. Mais il faut prendre en compte le fait que la mission sera de courte durée, et que, contrairement à un salarié, il n’y aura pas de charges sociales et patronales à ajouter. De fait, dans le cadre d’une collaboration courte, de quelques jours ou heures en fonction de la méthode de tarification, le montant ne sera pas supérieur à ce qu’aurait coûté un salarié pour le même travail, en prenant en compte les congés payés, les primes, etc. qui sont inhérentes à son salaire. En revanche, le deuxième et réel inconvénient que l’on peut trouver à faire appel à un freelance est l’incertitude de la durée des collaborations, qui peuvent ne durer que pour une période indéterminée. En effet, un freelance travaille avec plusieurs clients, et peut être amené à refuser une mission si d’autres lui sont proposées et qu’il n’est pas disponible. Ceci peut causer une perte de temps liée à la recherche d’un nouveau freelance.

Les freelances le sont de plus en plus par choix

J’ai clairement fait le choix de l’indépendance pour être le plus libre possible dans la façon de gérer mes affaires. Accepter ou refuser tel ou tel projet, gérer mon temps et limiter mes déplacements quotidiens ont été des motivations plus forte que la garantie financière et les filets de sécurité offert dans le cadre d’un CDI. En fait, l’augmentation de mes revenus me permet d’épargner pour ma retraite. Freelance ne veut pas dire travailler moins, au contraire, je pense n’avoir jamais bosser autant mais j’y prend tellement plus plaisir qu’un retour en arrière est impossible. – Frédéric Vanderplancke – Freelance WebMarketing

Recruter un freelance est aujourd’hui de plus en plus simple, notamment grâce à l’essor de plateformes de mise en contact entre indépendants et entreprises. Nous l’avons vu, faire appel à un indépendant est une solution simple, rapide et efficace, qui se révèle bénéfique pour l’entreprise dans le cadre d’une mission ponctuelle ou d’une collaboration qui dure dans le temps, définie à l’avance et acceptée par les deux parties. Ce système peut en revanche comporter des inconvénients, notamment en termes de budget, et il est donc important de comparer le coût d’embaucher un salarié ou de faire appel à un indépendant pour savoir quelle solution est la plus appropriée.