La cooptation, aussi appelée méthode de parrainages, consiste à communiquer et diffuser une offre de recrutement au sein d’un réseau professionnel, afin d’atteindre de potentiels candidats. Dans les ESN, comment la cooptation peut-elle faciliter le recrutement ?

 

Quel est l’intérêt de la cooptation dans une politique de recrutement ?

La cooptation fonctionne grâce à un système de recommandations faites par des personnes appartenant à un même réseau professionnel. L’offre d’emploi est communiquée par un employé de l’entreprise à ses contacts via divers canaux (diffusion de mails, discussions informelles, etc.) afin de répondre au besoin de recrutement de sa structure. Il s’agit alors, pour l’employé d’une entreprise, le membre d’une organisation interprofessionnelle ou d’un groupement d’établissement, de communiquer sur les modalités du poste, mais également sur son entreprise, l’image de marque qu’elle renvoie, etc.

De fait, la cooptation présente plusieurs avantages :

Premièrement, la communication sur le poste à pourvoir émane directement des salariés de l’entreprise, quiasont donc à même de présenter au mieux leur structure, les avantages et atouts de la boîte.

Mais le principal intérêt de cette technique de recrutement est qu’elle permet de cibler des candidats intégrés à un réseau professionnel en phase avec l’entreprise concernée, et donc potentiellement intéressés par la proposition de poste. Le parrainage élargit l’horizon de recherche, augmente les chances de trouver des profils adaptés et permet surtout à l’entreprise de réduire les coûts liés à une campagne de recrutement.

 

Quels avantages proposer lors d’une cooptation dans les ESN ?

On peut alors se demander : le parrainage, ou recrutement participatif, est-il légal ? Le salarié d’une ESN, bien qu’il ne soit pas en charge du recrutement, peut-il proposer une offre à l’un des contacts de son réseau professionnel ? Dans les faits, tant qu’il ne s’agit pas de “piston”, de favoritisme ou de copinage, rien n’empêche quelqu’un de communiquer sur une offre d’emploi. Que ce soit en ligne, sur des plateformes comme LinkedIn, ou bien au sein d’un réseau d’anciens élèves, il est très fréquent que des offres d’emploi ciblées circulent. Au contraire, pour mieux séduire un candidat dont le profil semble correspondre aux besoins du poste, la personne qui communique sur l’offre peut aussi tout à fait mettre en avant certains avantages inhérents au poste.

De plus, il est possible, dans une certaine mesure, de proposer des avantages en cas de cooptation fructueuse, c’est-à-dire dans le cas d’un recrutement. Ainsi, un collaborateur d’une entreprise qui parraine un profil intéressant pour la boîte peut se voir attribuer un bonus financier de cooptation, qui varie en fonction de l’expérience du candidat, de ses compétences, de son profil, etc. Le montant de cette prime de cooptation varie en fonction des entreprises, et doit être fixé en amont et clairement établi entre les deux parties. Cet avantage permet d’inciter les collaborateurs à faire de la cooptation efficace et stratégique autour d’eux et au sein de leur réseau. La prime peut alors être versée au salarié lors de la fin de la phase de recrutement, ou plus généralement à la fin de la période d’essai, lors de l’embauche définitive.

 

Comment mettre en oeuvre une stratégie de cooptation efficace dans une SSII ?

Pour une ESN, qui évolue donc dans le monde du digital, la stratégie de cooptation peut se faire en ligne, via les réseaux sociaux. Il s’agit alors de créer un plan d’action, en ciblant en amont des milieux où les parrainages pourraient être fructueux. Les pratiques de cooptation les plus répandues dans les ESN demeurent néanmoins la diffusion via les réseaux d’anciens élèves de grandes écoles (annuaires, réunions, etc.), et les cercles professionnels, mais aussi des congrès, événements, partenariats, etc., notamment dans le monde des nouvelles technologies, dont les entreprises sont très friandes.

Pour être efficace, l’une des phases importantes de la stratégie de cooptation est sa planification. Il s’agit alors de communiquer à propos de ces parrainages avec les salariés et collaborateurs de l’entreprise. En effet, au plus les parrainages seront nombreux, au plus les chances de trouver des profils expérimentés augmente. Enfin, la phase de reporting, où les collaborateurs consignent les contacts établis, le nombre de candidats approchés, les profils retenus, etc., est elle aussi essentielle. Elle permet d’avoir une vue d’ensemble des démarches entreprises et d’envisager de potentielles relances auprès des profils susceptibles d’être intéressés.

 

Conclusion :

La cooptation est une stratégie de recrutement qui présente des avantages tant pour l’entreprise, qui voit alors ses coûts réduits, que pour le salarié qui approche un candidat au profil attrayant, ce qui lui permet de prétendre à certains avantages. Dans les ESN, les parrainages au sein des réseaux d’anciens élèves de grandes écoles sont très fréquents, et permettent de cibler des profils expérimentés et qualifiés pour le poste recherché.