Le marché du recrutement connaît un bouleversement majeur avec une inversion structurelle du rapport de force entre talents et recruteurs. Aujourd’hui, les profils les plus qualifiés ne s’inscrivent plus forcément dans une démarche active de recherche d’emploi : il faut donc aller les chercher. Comment ? Grâce à un logiciel de recrutement riche en fonctionnalités. Alors, ATS ou CRM ? Quelques éléments de réponse.

 

L’ATS : un outil indispensable pour le recrutement

L’ATS, l’Applicant Tracking System, est un logiciel de suivi de parcours du candidat depuis l’annonce jusqu’à l’emploi. S’il peut faire partie d’un logiciel plus vaste qui intègre d’autres modules RH (gestion de la mobilité ou de la paie, par exemple), il reste le plus souvent uniquement dédié au recrutement. Multi-posting d’annonces, collecte des CV, suivi du processus de recrutement… il offre pléthores de fonctionnalités qui vous aident à gérer un certain volume de candidatures.

 

Le CRM, un outil marketing de recrutement

Le CRM, Customer Relashionship Management, s’inscrit quant à lui dans une démarche plus qualitative du recrutement, avec la volonté de gérer sur le long terme la relation avec le candidat et donc d’en optimiser la valeur sur le marché. À la fois vitrine séduisante de l’entreprise et outil de collecte et de manipulation des informations sur les talents, le CRM offre de multiples possibilités.

 

ATS ou CRM en fonction de la taille de votre entreprise

Les deux solutions de recrutement coûtent cher, même si aujourd’hui, la multiplication des ATM et des CRM en mode Saas, ainsi que les formules d’abonnement en fonction du nombre d’actes ou de personnes autorisées à l’utiliser, tendent à faire baisser la note. Quoiqu’il en soit, l’ATS, généralement moins complet, revient moins cher. Et pourquoi payer pour dix fonctionnalités quand on en utilise seulement deux ?

De plus, la taille de votre équipe orientera elle aussi votre choix. Si vous n’employez qu’une ou deux personnes, celles-ci n’auront aucun mal à assurer le suivi des candidatures. En revanche, lorsque l’équipe s’agrandit, il devient primordial que l’ensemble des collaborateurs ait accès aux données partagées. Et l’ATS, qui ne propose pas (ou si rarement) la création de métadonnées et leur mise en commun, s’avère moins adaptée que le CRM, qui lui, intègre ce type de fonctionnalités.

 

Quel outil choisir si vous faites du sourcing ?

L’ATS est conçu pour simplifier au maximum la sélection des talents et pour soulager les recruteurs des tâches administratives rébarbatives, comme la saisie de données. Il permet ainsi de réduire considérablement le temps de sourcing et le coût de l’embauche. En revanche, il atteint assez rapidement ses limites, puisqu’il ne permet en effet de puiser que dans les candidatures de talents ayant déjà postulé. Le CRM quant à lui autorise une démarche plus active de recherche des candidats, grâce à des fonctionnalités affinées et la possibilité de rester en contact avec eux. Finalement, quand l’ATS permet plus généralement d’augmenter la taille du vivier, le CRM quant à lui autorise la création d’un véritable pipeline de talents.

 

Pour la stratégie marketing, avantage au CRM

Attirer les talents à soi devient essentiel sur un secteur du recrutement de plus en plus digitalisé. Il faut donc que recruteurs repensent leur processus de recrutement et agissent avec les candidats comme s’ils étaient des prospects nécessitant d’être informés et accompagnés. Il est donc nécessaire de mettre l’accent sur les vecteurs de communication pour parvenir à capter les candidats, puis à les convertir.

Le parcours candidat se doit d’être intuitif et rapide, un écueil pour la plupart des ATS, qui fonctionnent encore sur un modèle multipliant les champs à remplir côté candidats, et les manipulations côté recruteurs. En parallèle, le CRM permet de gérer les campagnes d’emails et la diffusion de messages ciblés, qui vont instaurer et entretenir les relations avec les talents. Le CRM rend alors possible la mesure de l’engagement des candidats et la qualification du vivier, avec, à la clé, une fidélisation de ceux-ci et l’optimisation, in fine, du chiffre d’affaires du recruteur.

 

Ainsi, la différence essentielle entre l’ATS et le CRM se situe-t-elle sur la finalité : l’un sert à suivre l’activité des candidats et l’autre en plus à développer les affaires. Une combinaison des deux peut apparaître comme la solution idéale pour attirer et recruter les meilleurs talents…